La fondatrice

Charlotte DEROUBAIX | Gérante et initiatrice du concept ProFeel

Un confident pour vous accompagner

Si vous arrivez sur cette page, c’est que vous souhaitez en savoir plus sur moi et comment j’en suis arrivée à créer  la société

11122017_2 (1) copie(1)

Il y a plusieurs années déjà, je me suis lancée dans un cursus universitaire de droit à l’Institut Catholique de Lille.

N’ayant pourtant aucune vocation à devenir avocate, juge ou toute autre profession juridique similaire, me voilà partie pour 5 ans d’études dans ce domaine.

Mon penchant pour les chiffres m’amène naturellement à me diriger vers les matières économie, comptabilité et finance.

Mon parcours s’est soldé par un master II Juriste d’Entreprise, parcours Droit comptable et Financier, auquel s’est même ajouté un certificat EDHEC d’aptitude au management de l’entreprise.

 

Diplôme en poche, quel métier faire en droit des affaires avec une connotation financière ?

 

J’atterris dans un cabinet d’expertise comptable et découvre le métier de juriste en droit des sociétés.

Ce métier consiste à mettre en place des opérations juridiques pour les sociétés, les adapter au contexte et à les formaliser.

Les opérations types sont les constitutions de sociétés ou leur disparition, les modifications, les approbations de comptes, la fabrication de montages d’optimisation ou de structuration ; en somme toutes les mesures à prendre pour que la structure juridique s’adapte au cadre légal, aux impératifs business et aux besoins des Hommes (dirigeants, associés, …) derrière ces entités.

 

J’aime à comparer les entreprises aux Hommes.

 

Tout comme l’Homme, la société naît, vit et meurt. Au cours de son existence, la société doit évoluer, s’adapter à son environnement, doit apprendre à se relever lorsqu’elle se prend des coups ; avec le juridique qui intervient à chaque étape de sa vie pour matérialiser parfaitement les stratégies et les envies.

Très tôt, ma vision du métier de juriste s’est dessinée.

Un bon juriste n’est pas celui qui dit oui ou non au projet, c’est celui qui sait être inventif avec la loi et se mettre au service du business, des impératifs pour réaliser le projet en conseillant la voie la moins risquée.

 

Après avoir vécu ce métier dans un cabinet d’expertise comptable où on reste finalement aux portes de l’entreprise, j’ai peaufiné mon expertise dans des grandes entreprises du Nord où les restructurations s’invitent très régulièrement.

J’ai d’ailleurs pu me rendre compte que la motivation à la mise en place de ces opérations juridiques dans ces groupes était essentiellement fiscale ou financière avant d’être animée par l’Humain.

Mon goût pour les chiffres ne m’a jamais quitté puisque j’ai fait un bref détour par le métier de contrôleur de gestion, expérience qui m’a permis de comprendre et d’appréhender la partie financière et gestion d’une structure.

La visibilité et la compréhension de ce pan sont à mon sens impératives lorsque l’on exerce comme juriste droit des sociétés.

 

Après mon parcours qui est aujourd’hui d’une grande utilité pour ProFeel, qui suis-je ?

 

Que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle, j’ai toujours eu une appétence à comprendre les Hommes, leurs comportements, leurs réactions et à me mettre à leur place pour expliquer leurs actes.

Pour cela, j’ai développé la compétence de réellement écouter.

Ecouter et faire parler pour comprendre.

Alors je n’affectionne pas particulièrement ce terme mais j’arrive à être « accoucheur » et sais m’adapter à différentes personnalités.

En parallèle, professionnellement, je suis quelqu’un d’organisé, de débrouillard, de facilitateur, fonceur, positif et disponible.

 

Ce mélange d’ingrédients et la vie m’ont amené à accompagner le fondateur d’un cabinet d’architecture pour organiser sa transmission, et dans un second temps, naturellement, les repreneurs.

Le processus de transmission s’est construit logiquement, sur le moment, en s’adaptant aux imprévus et aux lignes directrices.

C’est en vivant cette transmission que j’ai compris et réaffirmé que le juridique et le financier ne sont que le manteau, la couche supérieure pour arranger et finaliser une transmission d’entreprise.

Ce sont le juridique et le financier qui s’adaptent à l’Homme, aux envies, aux fondamentaux ; pas l’inverse.  Au delà de la structure, au delà de la stratégie liée à cette opération, tout ce qui constitue et guide l’opération de transmission, c’est l’Humain.

 

Mes compétences complémentaires, mes appétences, font de moi la personne idéale pour intervenir sur les transmissions.

Je sais écouter, je sais faire accoucher les envies, je sais à quel point le facteur humain est important pour ces opérations ; et à côté, les domaines juridiques et financiers me sont extrêmement familiers.

Ma présence implique une juste coordination avec les experts (avocats, experts comptables) qui, eux, n’ont pas le temps de créer cet ensemble cohérent entre ces 3 facteurs. Seule l’imbrication de ces 3 facteurs vont pourtant contribuer à rendre pérenne les transmissions d’entreprise. 

 

Pour ne serait-ce qu’avoir un petit rôle dans l’économie française (et qui sait peut-être internationale) et contribuer à pérenniser les entreprises créées depuis des années, participer à petite échelle à faire perdurer des emplois, à accompagner des Hommes dans de nouvelles aventures humaines et professionnelles et me recentrer sur l’Humain, j’ai constitué ProFeel pour aider les dirigeants qui souhaitent transmettre et reprendre une entreprise de façon durable en toute sérénité.

: au centre de vos projets en combinant constamment mon professionnalisme (Pro) et mon ressenti (Feel). Mon intuition est présente à chaque instant pour vous accompagner, notamment dans le profilage nécessaire à toute transmission d’entreprise.